ACTUALITES Conférence #TE2018 : Enseignements de la ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou

Vélage d'automne

La conduite en agriculture biologique des troupeaux bovins allaitants se développe rapidement. La production allaitante représente aujourd’hui près du tiers de la surface fourragère conduite en agriculture biologique (agence Bio, 2014).

Les systèmes de production sont basés sur l’herbe, et recherchent l’autonomie en valorisant les ressources produites sur l’exploitation. La conduite adoptée doit permettre de maximiser la pousse de l’herbe, en privilégiant la valorisation au pâturage pour réduire au maximum le coût alimentaire. à l’exception des phases de finition, les bovins allaitants ont des besoins énergétiques modérés ; cela permet de limiter le recours aux concentrés. La ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou conduit des recherches sur les ressources alimentaires et leur valorisation par un troupeau allaitant. Le système de production est amélioré pas à pas, en y introduisant les techniques favorablement testées dans les essais analytiques.

La ferme expérimentale est située dans le Maine et Loire, au cœur du premier bassin de production de viande bovine biologique. Elle est totalement conduite en agriculture biologique depuis sa mise en place à l’automne 1998, sur une initiative de la Chambre d’agriculture de Maine et Loire. Elle est gérée en partenariat dans le cadre d’une société avec 16 organismes partenaires.

La ferme utilise actuellement 137 ha de SAU, dont 5 ha dédiés aux essais analytiques. Les sols limono-sableux, caillouteux, le plus souvent peu profonds (25 à 50 cm de sol), ont un potentiel modeste. Ils sont adaptés pour des recherches concernant les productions fourragères et tout particulièrement représentatifs des situations à alternance hydrique marquée (très séchants l’été, hydromorphes l’hiver), fréquentes dans les exploitations d‘élevage de la région. La pluviométrie moyenne annuelle est de 674 mm, avec un déficit estival marqué conduisant à l’impossibilité de finir totalement les animaux à l’herbe. L’assolement 2017 comprend 104 ha de surface fourragère, 28 ha de cultures, et 5 ha d’essais en petites parcelles. La surface fourragère comporte 51% de prairies permanentes ou prairies de longue durée, 44% de prairies temporaires (flore variée, luzerne) et 5% d’associations céréales-protéagineux récoltées en fourrages. Les 28 ha de cultures comportent pour l’essentiel du triticale-pois et de la féverole d’hiver. Nous produisons également un peu de blé en culture pure et du tournesol. Les excédents sont commercialisés.

La ferme produit de la viande bovine biologique avec un troupeau de 70 vaches de race Limousine et leur suite (115 UGB). Le chargement est de 1,1 UGB/ha SFP. Toutes les vaches sont finies et valorisées dans la filière AB. Les meilleurs mâles sont commercialisés en bœufs abattus en moyenne à 32 mois (15 bœufs / an), les autres en broutards. La ferme a également produit des veaux sous la mère et des barons pendant trois campagnes. L’exploitation est conduite dans l’objectif d’atteindre l’autonomie alimentaire totale du troupeau (fourrages et concentrés), tout en ayant un niveau d’exigence élevé sur les performances zootechniques individuelles et sur la qualité de finition des animaux.

Le système de production prototype est amélioré pas à pas, en y introduisant les techniques favorablement testées dans les essais analytiques en petites parcelles ou sur des lots d’animaux. Les observations sur les parcelles en vraie grandeur permettent de confirmer ou d’illustrer les conclusions des essais analytiques.

Cet outil a fait la preuve de son efficacité. Hors coûts de recherches, la ferme est viable avec un excédent brut d’exploitation (EBE) de 83 618 € (42,5% du produit brut), en moyenne entre 2013 et 2017.

FacebookTwitter