ACTUALITES Conférence Tech’Elevage : des pistes pour gagner du temps en élevage allaitant

Vache charolaise

Vache charolaise

Des diagnostics réalisés dans une centaine d’élevage des Pays de la Loire et des Deux Sèvres avec l’outil TRAVIBOV, ont permis de mesurer un temps passé pour l’alimentation, la gestion des litières et la surveillance allant de 11 à 29 heures par vache et par an.

Le diagnostic a permis de repérer le temps passé au travail d’astreinte, c’est-à-dire celui que l’on ne peut différer. Les écarts entre les élevages sont très importants et portent sur tous les postes.

Travibov temps de travail

Une préoccupation : l’efficacité au travail

Au-delà de la motivation de l’éleveur qui est le point essentiel, la conduite du troupeau est l’élément le plus structurant. Des équipements, aussi performants soient-ils, ne remplacent pas une bonne organisation. Les éleveurs passant le moins de temps par vache se caractérisent par une forte préoccupation pour l’efficacité au travail, des vêlages plus groupés, autant de types de fourrages distribués mais moins de passages devant l’auge et plus d’animaux par bâtiment.

Grouper les vêlages

Un grand troupeau (plus de 120 vaches) ne permet pas de réduire le temps de travail si le nombre de vaches par travailleur est faible. Une bonne organisation doit être préalable à l’augmentation du troupeau. Le groupage de la reproduction (fin des vêlages ne chevauchant pas le début de la reproduction) limite le temps et structure l’organisation des lots : alimentation, écornage, sevrage.

 Alimentation : limiter le nombre de passages devant l’auge

Réduire le nombre d’aliments, mélanger les fourrages et les concentrés, réduire la fréquence de distribution sont les voies utilisées par les élevages les plus efficaces. La recherche de cohérence peut conduire à utiliser la mélangeuse pour les troupeaux importants, ayant de forts besoins. Mais, dans le cas de vêlages fin hiver, le foin, l’enrubannage en libre-service distribués avec tracteur et fourche peuvent tout à fait convenir et limiter le temps.

Limiter les interventions dans l’aire de vie des animaux

La recherche d’économie de temps conduit à restreindre les interventions dans l’aire de vie des animaux aux soins et à la domestication. L’ouverture des barrières pour le raclage et le paillage, le transport d’aliments parmi les veaux se traduisent par une perte de temps et de sécurité. Les équipements annexes, passages d’hommes, couloirs de circulation, quai d’embarquement améliorent le temps, le confort et la sécurité. 

Des choix de bâtiments qui engagent l’avenir

Le fumier accumulé permet de gagner du temps et de la souplesse, mais il nécessite plus de paille. Le raclage au rabot est un peu plus consommateur de temps. Cette modalité est pénalisée par la manipulation des barrières. Mais, il faut mesurer le gain de temps potentiel en regard de la consommation de paille et de son prix.

Pour en savoir plus sur l’outil TRAVIBOV, rendez-vous à la conférence sur ce thème, jeudi 23 novembre 2017 à 15h dans le cadre du salon Tech’Elevage à La Roche-sur-Yon.

Pascal Bisson
Chambre d’agriculture des Deux Sèvres

 

FacebookTwitter