ACTUALITES Conférence Tech’Elevage : MICROMETHANISATION : un projet adapté à votre exploitation

Installation petite puissance BIOELECTRIC

Installation petite puissance BIOELECTRIC

Si la méthanisation ressemble pour beaucoup à une ‘’usine à gaz’’, il existe désormais des solutions techniques adaptées à l’exploitation agricole. Le salon TECH’ELEVAGE sera le lieu propice pour faire le point sur ces nouvelles offres.

Depuis fin 2016, les règles déterminant le tarif d’achat de l’électricité issue d’une unité de méthanisation ‘’cogénération’’ ont évolué favorablement pour la filière. Outre une revalorisation des tarifs, la valorisation de la chaleur obligatoire à l’obtention d’un tarif de rachat du kWh acceptable n’est plus une nécessité.

Installation petite puissance BIOELECTRIC

En conséquence, nous voyons fleurir depuis une année une offre des constructeurs sur des petites puissances de moteur (à partir de 22 kW pour les premiers) et des tailles d’unité raisonnables.

Cette installation doit être considérée comme une extension de l’exploitation agricole. Dans une grande majorité des cas, elle se situe physiquement dans le prolongement des bâtiments avec lesquels elle est connectée pour récolter les effluents d’élevage. Elle devient ainsi l’étape de valorisation énergétique des effluents avant leur valorisation agronomique.

D’autre part, il n’est pas nécessaire de recourir à l’importation d’autres matières que celles générées ou produites sur l’exploitation agricole. L’unité est donc autonome dans ses approvisionnements, ce qui sécurise le système de façon pérenne (n’oublions pas qu’un contrat pour la vente d’électricité est signée pour 140 000 heures soit 17.5 ans à pleine puissance du moteur (8 000 h de fonctionnement/an)) et rassure les organismes financiers.

Enfin, si la valorisation de la chaleur résiduelle n’est plus nécessaire pour atteindre les seuils de rentabilité, l’utiliser semble important : comme elle n’est pas produite en trop grande quantité, elle permet d’être valorisée simplement sur l’exploitation en limitant les investissements : chaleur pour l’eau chaude sanitaire (bâtiments ou habitations), pour le séchage de fourrages ou le chauffage de bâtiments d’élevage.

A titre d’exemple, une exploitation laitière de 120 vaches, bâtiment logettes, peut installer une unité de 22 kw pouvant générer un chiffre d’affaire de 38 500 €/an, des charges de 16 000 €/an. L’EBE serait de 22 480 € et le temps de retour de 7 ans (données constructeur).

Si vous souhaitez en savoir plus venez nous rejoindre à la conférence sur ce thème le 22 novembre 2017 après-midi à Tech’Elevage et découvrir notre offre d’accompagnement de votre projet.

FacebookTwitter