ACTUALITES Bétaillère : Du sur-mesure télécommandé

Structure monobloc galvanisée et portes électriques télécommandées : le GAEC de la Guérinée a opté pour le haut de gamme au moment de renouveler la bétaillère.En travaillant avec une entreprise artisanale, ces éleveurs ont pu adapter cet investissement à leurs attentes. Fil conducteur de ce choix : une construction sur mesure.

Hydropont 8000… Derrière cette appellation futuriste se cache une bétaillère. L’équipement n’est pas si anodin qu’il y paraît. Les bétaillères ont aussi leur haut de gamme. Ses portes électriques et télécommandées rendent ce modèle unique. Le pont est hydraulique. L’ensemble mesure 8 m de long et 2,20 m à l’intérieur (2,55 m hors tout). Le PTCatteint 18 tonnes avec une charge utile de 12 tonnes. Avec une fabrication artisanale, l’entreprise Hédou (Manche) s’est adaptée aux demandes de Martial Harivel et Stéphane Lainé. Ces beaux-frères se sont associés en 2014, le cheptel est alors passé de 180 à 250 vaches allaitantes. Les deux hommes exploitent un parcellaire morcellé, dans le bocage ornais. Autour de la Carneille, une dizaine de kilomètres séparent les îlots. Le GAEC de la Guérinée voulait donc un équipement adapté et sécurisant. « Choisir un matériel de construction artisanale nous permettait d’adapter cette bétaillère à nos demandes particulières. On peut dire qu’elle a été fabriquée sur-mesure », explique Stéphane Lainé.

A l'intérieur de la bétaillère, une porte sur rails permet de repousser les animaux sans risques.

A l’intérieur de la bétaillère, une porte sur rails permet de repousser les animaux sans risques.

Une fabrication artisanale

Le GAEC de la Guériné s’est tourné vers l’entreprise Hédou, basée à Juvigny-le-Tertre. Ce fabricant joue la carte de l’écoute. Et le panel des services est large : des bétaillères avec système de pose au sol ou pont, des carrosseries pour porte-paille avec leur casquette hydraulique, des auges et contener en inox sur mesure, des outils agricoles (masse, lame), des remorques agricoles ou routières.

Martial Harivel et Stéphane Lainée ont eux axé leur choix sur la volonté d’éviter tout accident au travail. « Nous manipulons beaucoup d’animaux. Nous avons déjà pris quelques coups », témoignent les éleveurs. L’ouverture des portes de leur bétaillère est donc électrique, mais également télécommandée. « On évite les chocs en fermant les portes à distance. Nous avions observé ce système sur un véhicule poids lourd d’un négociant de bestiaux et ça nous a plu. Les systèmes hydrauliques se commandent sur le côté de la bétaillère. C’est trop long pour fermer. Là, on a la télécommande à la main. Hédou est l’unique fabricant à nous l’avoir proposé et nous ne reviendrions pas en arrière », justifie Stéphane Lainé.

Les agriculteurs peuvent charger 12 à 13 Charolaises amouillantes. Particularité de cette bétaillère : les portes sont électriques et télécommandées.

Les agriculteurs peuvent charger 12 à 13 Charolaises amouillantes. Particularité de cette bétaillère : les portes sont électriques et télécommandées.

Porte sur rail pour tasser les animaux

Autre option sélectionnée par les agriculteurs : une porte sur rail avec système antiretour dans la bétaillère. Le dispositif permet de pousser les bêtes en toute sécurité. La porte ne peut reculer que 60 cm au maximum, avant de se bloquer. « Nous n’hésitons pas à manipuler les animaux. Nous pouvons aussi séparer les bêtes, par exemple en plaçant les veaux devant », souligne Martial Harivel. Les portillons fixés sur le pont contribuent également à travailler sereinement. Les bêtes sont parfaitement contentionnées. Dans les lieux plus compliqués, les éleveurs utilisent les barrières sur rail fixées sur le côté de la bétaillère.

Les bêtes sur un tapis

Pour le confort des bêtes, la bétaillère dispose d’un sol en caoutchouc. « Avant, nous avions un fond en tôle et nous mettions de la paille. Les animaux arrivaient brutalement et glissaient ». Ce tapis peut être lavé au nettoyeur haute pression. Le caoutchouc est tissé afin de résister aux assauts du temps. « C’est le seul fabricant qui nous le proposait », remarquent les éleveurs.

La bétaillère répond aux demandes particulières de ces agriculteurs. Le surcoût relatif de la qualité et du sur-mesure est à relativiser. « Car nous pourrons faire notre carrière avec ! », résument Stéphane Lainé et Martial Harivel.

FacebookTwitter